ACCÈS MEMBRES
Identifiant :  
Mot de passe :
> Numéro d'adhérent ou mot de passe oublié
> Devenir membre de la SFAR



LES AFAR

ESPACE USAGERS
ET GRAND PUBLIC

Sondage SFAR - Précédents sondages

separateur

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Toxicité systémique aiguë des anesthésiques locaux


Mis en ligne le 30 Janvier 2010 et modifié le 20 Février 2010


Version imprimable

Circonstances

  • Injection accidentelle intravasculaire : signes immédiats
  • Résorption importante après injection extravasculaire : signes retardés

Signes Cliniques

Cardiovasculaires :

  • Troubles de la conduction auriculo-ventriculaire
  • Troubles du rythme, surtout ventriculaire :
    • tachycardie ventriculaire,
    • fibrillation ventriculaire
    • voire arrêt cardiaque en asystolie
  • Hypotension artérielle, collapsus

Neurologiques :

  • Signes subjectifs :
    • picotements péribuccaux,
    • céphalées, distorsions visuelles ou auditives,
    • trémulations des extrémités
  • Signes objectifs :
    • perte de connaissance, coma
    • convulsions, 
    • arrêt respiratoire

Les signes subjectifs peuvent ne pas être rapportés avant la survenue des signes objectifs avec les solutions ne contenant que les isomères lévogyres d’anesthésiques locaux


CONDUITE A TENIR EN CAS DE SURVENUE DE TROUBLES NEUROLOGIQUES SUBJECTIFS OU D’UN TROUBLES DU RYTHME, UN TROUBLE VENTRICULAIRE OU UN ARRET CARDIAQUE PAR TOXICITE DES ANESTHESIQUES LOCAUX


Actions immédiates

  • Appel à l’aide. Le pronostic vital est en jeu
  • Arrêt immédiat de l’injection des anesthésiques locaux si le troubles de conduction ou du rythme survient en cours d’injection
  • Vérifier la présence d’un pouls carotidien

Réanimation

DEBUTER SANS TARDER LA REANIMATION CARDIORESPIRATOIRE

  • Maintien de la perméabilité des voies aériennes
  • Ventilation en O2 pur
  • Intubation trachéale dès que possible
    • EN CAS D’ARRÊT CARDIAQUE
    • EN CAS DE CONVULSIONS GENERALISEES
  • Débuter le Massage Cardiaque Externe
  • Utilisation de vasoconstricteurs pour assurer une pression de perfusion d’organes
    • NE PAS ADMINISTRER de DOSES IMPORTANTES D’ADRENALINE (risque de renforcer le bloc induit par l’anesthésique local)
    • NE PAS ADMINISTRER D’AMIODARONE (effet additif avec celui des anesthésiques locaux)
  • Cardioversion en cas de fibrillation ventriculaire

ADMINISTRATION D’UNE EMULSION LIPIDIQUES A 20%

  • La solution la plus utilisée dans les cas cliniques rapportés dans la littérature est l’INTRALIPIDES® 20%. La solution MEDIALIPIDES® 20% a également été rapportée efficace. L’efficacité d’autres solutions lipidiques n’a pas été rapportée.
  • DOSE INITIALE :
    • La dose d’INTRALIPIDES® 20% : 3 ml.kg-1 en bolus
    • La dose de MEDIALIPIDES® 20% doit être supérieure (6 à 9 ml.kg-1)
  • DOSES D’ENTRETION
    • Une perfusion continue d’entretien n’est pas indispensable
    • Dans quelques cas cliniques, le reste de la poche d’émulsion lipidique était perfusé

SURVEILLANCE DU PATIENT

  • Il est possible de prélever du sang périphérique pour le dosage sanguin de(s) l’anesthésique(s) local(ux).
  • Une SURVEILLANCE DU RYTHME CARDIAQUE ET DE L’HEMODYNAMIQUE du patient est IMPERATIVE (risque de récidive du trouble du rythme cardiaque important):
    • La durée de surveillance dépend de l’anesthésique local responsable de la toxicité 
    • Un minimum de 6 HEURES DE SURVEILLANCE rythmique est recommandé

IL EST FORTEMENT RECOMMANDE DE DISPOSER D’AU MOINS UNE POCHE DE 500 ML D'UNE EMULSION LIPIDIQUE DANS LE BLOC OPERATOIRE OU SONT PRATIQUEES LES TECHNIQUES D’ANESTHESIE LOCOREGIONALE.


Articles reliés :

- 60  
- < 1 %  
- Anesthésie loco-régionale en pédiatrie (RFE 2010) - MAJ mars 2010  
- Anesthésie locorégionale chez l'enfant (CE1997)  
- Anesthésie locorégionale et traitement de la douleur  
- Arrêt de la commercialisation du thiopental (Pentothal®) par les laboratoires Hospira™ -France : une mauvaise nouvelle qui en annonce probablement d’autres.  
- Bris dentaires périanesthésiques (RFE 2012)  
- Check-list du bloc opératoire  
- Choc anaphylactique  
- Communiqué de la SFAR du 26 décembre 2011  
- Communiqué de Presse SFAR 18 Août 2011  
- Contentieux Médical en Anesthésie Réanimation : bilan de l’année 2010  
- DIU Maintien des connaissances et des compétences en anesthésie pédiatrique (2011-12)  
- Dossier de La revue du Praticien : L'anesthésie, de la Consultation à la Check List.  
- Dr Philippe MAVOUNGOU, Président du Comité Solidarité Scientifique de la SFAR.  
- Délai consultation d'anesthésie et acte opératoire  
- Etats Généraux de l’Anesthésie-Réanimation (EGAR): Données principales.  
- Extending epidural analgesia for emergency caesarean section: a meta-analysis  
- Gestion périopératoire des traitements chroniques et dispositifs médicaux (RFE 2009)  
- Guide pratique d'anesthésie locorégionale pédiatrique : clinique et échographie  
- Guide pratique d'anesthésie locorégionale.  
- Hydroxyethyl Starch 130/0.42 versus Ringer’s Acetate in Severe Sepsis  
- Indications de l’assistance circulatoire dans le traitement des arrêts cardiaques réfractaires (2008)  
- La chirurgie ambulatoire. Une urgence pour le présent.  
- Les inadéquations hospitalières en France : fréquence, causes et impact économique  
- Les parents de vos jeunes patients ont lu…  
- Maladies neuromusculaires  
- Perioperative medicine: the future of anaesthesia? M. P. W. Grocott and R. M. Pearse, British Journal of Anaesthesia 108 (5): 723–6 (2012)  
- Pr Claude ECOFFEY, Comité Vie Professionnelle.   
- Pratique des anesthésies locales et locorégionales par des médecins non spécialisés en anesthésie-réanimation, dans le cadre des urgences  
- Prevention of intraoperative awareness in a high-risk surgical population  
- Prise en charge anesthésique des patients en hospitalisation ambulatoire (RFE 2009)  
- Prise en charge de l’arrêt cardiaque (RFE 2006)  
- Prise en charge des nausées et vomissements postopératoires (CE 2007)  
- Prise en charge du coronarien qui doit être opéré en chirurgie non cardiaque (RFE 2010)  
- Prévention des erreurs médicamenteuses en anesthésie (SFAR 2006)  
- Quelle acceptabilité des évènements indésirables graves dans la population et chez les médecins ?  
- Rapport d'activité de l'Observatoire des Risques Médicaux 2011  
- Recommandations concernant l'hygiène en anesthésie (SFAR 1997)  
- Recommandations concernant la pratique de l'analgésie obstétricale (SFAR 1992)  
- Recommandations concernant le rôle de l'Infirmier Anesthésiste Diplômé d'État (SFAR 1995)  
- Recommandations pour les structures et le matériel de l'anesthésie pédiatrique (SFAR)  
- Registre National sur l'arrêt cardiaque   
- Ruptures de stock et risque de disparition : réflexions et propositions à partir du cas du thiopental  
- Résumé du rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) de mars 2012.  
- Suxamethonium - Respecter strictement la chaîne du froid  
- Transfert direct vers une unité d'hospitalisation après ALR périphérique sans sédation  
- Vous avez pu lire…  
- « Focus » sur le Comité Douleur-Anesthésie loco-régionale  
- Échographie en anesthésie locorégionale (RFE 2011)  
- Étude sur l'implantation et l'utilisation de la check-list « sécurité du patient au bloc opératoire »  

Linked in Facebook Twitter Envoyer à un ami Version imprimable

Revenir en haut de la page



SFAR - Société Française d’Anesthésie et de Réanimation - 74 Rue Raynouard, 75016 PARIS - Tél. : 01 45 25 82 25 Télécopie : 01 40 50 35 22
Mentions légales - Charte éditoriale - Contactez-nous